BLANCULESCU VORBESTE DESPRE DEBUTUL UNEI NOI CRIZE MONDIALE - BUCAREST HEBDO

Share this
Marti, 25/08/2015

IONEL BLĂNCULESCU :

«On est au bord du déclenchement d'une nouvelle crise mondiale»

24 août 2015

 

 

zoomer l'image
Après que la Chine ait dévalorisé son yuan il y a deux semaines, Vietnam et Kazakhstan ont pris, la semaine passée, des mesures similaires pour consolider leurs exportations, surtout celles de pétrole brut.
L'analyste Ionel Blanculescu nous a déclaré que ces événements sont les signes qu'on est au bord du déclenchement d'une nouvelle crise mondiale. Il a détaillé : « La Chine se trouve au début d'une étape de contraction économique, qui peut durer 2-4 ans. Quelles que soient les mesures que les autorités chinoises pourraient adopter, on ne peut pas passer par-dessus de cette étape conduisant à la récession. Envisageant l'importance de la Chine dans l'économie mondiale et le moment où elle est entrée dans cette étape de récession - lorsqu'il y a beaucoup d'intérêts américains dans son économie - l'effet sera fort au niveau global. La Chine a dévalorisé son yuan pour consolider ses exportations, et ses « satellites », qui sont nombreux, appliquent de diverses méthodes de réponse pour survivre à l'onde de choc, y compris la dévalorisation des monnaies nationales. »
Ionel Banculescu nous a mentionné que l'entrée dans la nouvelle crise est accélérée parce que les événements du marché chinois se superposent avec les évolutions du marché du pétrole, où les cotations ont chu-té rapidement. Il explique qu'on craint que le pétrole brut chute à 30 dollars le baril, ce qui serait un désastre pour les pays exportateurs. » L'analyste soutient que beaucoup de banques d'investissements des États-Unis recommandent déjà aux clients de se réfugier dans la zone de l'Europe centrale et de l'est et il trouve que la Roumanie a maintenant l'opportunité d'attirer beaucoup d'investissements étrangers : « J'espère que cette fois on va profiter du moment et il est bon que le Gouvernement soit déterminé à introduire des mesures de relâchement fiscal. »
Le tenge, la monnaie kazakhe, a perdu, jeudi, plus d'un quart de sa valeur après que les autorités de Kazakhstan ont décidé la libéralisation de la monnaie nationale, selon theglobeandmail.com. La publication remarque le fait que c'est la dernière salve de canon tirée par Kazakhstan dans la guerre des devises des pays émergents.
Le premier ministre Karim Masimov a déclaré que l'action permettrait maintenant à Kazakhstan d'être compétitif sur les marché externes, y compris sur ceux de la Russie et de la Chine. La libéralisation du tenge a été saluée par les entreprises pétrolières et minières, mais les analystes ont averti qu'elle pourrait engendrer des actions similaires d'autres pays de la région. Selon Bloomberg, après la dévalorisation-choc du yuan, Vietnam a dévalorisé son dong la semaine passée, et les monnaies de Russie à Turquie et Malaisie ont perdu au moins 4,6%.
Demetrios Efstathiou, chef de stratégie CEEMEA à ICBC Standard Bank Londres, a déclaré que l'Azerbaïdjan pourrait bientôt faire un mouvement similaire. L'Azerbaïdjan a dévalorisé le Manat de 35% en fé-vrier, comme réaction aux prix bas du pétrole.
Les analystes de Morgan Stanley disent que les pays les plus exposés à la dépréciation des monnaies sont le Brésil, le Pérou, la Corée du Sud, la Thaïlande, le Taiwan et l'Afrique du Sud.

 

http://www.bucaresthebdo.ro/ionel-blanculescu-on-est-au-bord-du-declenchement-dune-nouvelle-crise-mondiale-660&s=economie_et_finances&articol=660.html