WE ARE TOO BIG TO FAIL! spune poporul global

Share this
Marti, 24/01/2012

Este sloganul miscarii universale Occupy Street, the revolution continues worldwide!

Un eveniment economic, care se intampla in aceste zile, sub ochii nostri, insa la care privim mai putin decat ar trebui sa o facem, mi-a adus in minte expresia de mai sus.

Este vorba de Forumul Economic Mondial de la Davos, Elvetia,  la 5 ani de la izbucnirea crizei financiare globale, la care participa, asa cum prezinta Ziarul Financiar, “cei mai puternici politicieni, bancheri si oameni de afaceri, care se intalnesc pentru a redesena lumea pe care unii dintre ei au dus-o pe marginea prapastiei”.

La forum participa 2600 de lideri politici si economici, reprezentand 100 de tari, intre care 40 de sefi de state si de guverne.

Scopul acestei postari nu este acela de a va prezenta date despre eveniment, ci o constatare, care ar putea deveni importanta in actualul context national si international.

Cu stupoare aflu ca, pretul participarii la acest eveniment este exorbitant: o invitatie non-VIP, adica ordinara, costa 71.000 USD, in timp ce pentru a avea acces la intalnirile private, costul incepe de la 156.000 USD si toate acestea in conditii de criza, cel putin declamata. Partenerii “strategici” ai evenimentului, precum Goldman Sachs si Bank of America si cunoastem “rolul” lor in cele intamplate, FED fiind obligata sa arunce pe piata americana 7700 miliarde USD pentru “linistirea spiritelor”, platesc 527.000 USD pentru statutul de membru si 19.000 USD pentru fiecare invitatie.

Sa incercam o introspectie, sa punem cap la cap contextul si informatiile de mai sus. Lectia care ar fi trebuit sa fie invatata din marea criza financiara, declansata si pornita din SUA, se refera la instituirea unui alt mod de viata, fara lacomie, risipa, dorinta de imbogatire prin orice mijloace si cat mai rapida, frauda, eludand prin veritabile inginerii financiare legile, fapte care au stat la baza a ceea ce s-a intamplat si a generat tragedia economica mondiala.

Cum putem interpreta ca sunt politicieni, oameni de afaceri si altii, care suporta, pentru participarea la Forumul de la Davos sume exorbitante, in conditiile in care orice companie sau persoana, oricat de importante ar fi, astazi, in conditii de criza, cu greu se despart din conturi de astfel de sume?

Explicatia este una singura si anume, acest forum, asa zis economic, influentat clar de cei care au pus bazele crizei financiare mondiale, creatorii acesteia, care au ramas neatinsi, dimpotriva sunt mai puternici astazi, pe banii cetateanului global, care protesteaza prin toate pietele lumii, reprezinta de fapt, un loc unde “finanta mondiala”, printr-o veritabila “oficina de lobby”, la cel mai inalt nivel, pune din nou la cale, de data aceasta, noua ordine economica mondiala, cred ca ar trebui introdusa si aceasta intre ghilimele, postand temelia viitoarei crize financiare de amploare, de peste 10 sau 15 ani, pe care cu siguranta o va suporta tot cel ce astazi considera ca este too big to fail, adica poporul global.

Se cunoaste puterea corporatiilor mondiale, numai 737 de astfel de organizatii transnationale, controland 80% din totalul cifrei de afaceri globale. Se cunoaste si ca acestea au de multe ori interese antagonice fata de poporul global, dupa cum s-a vazut cu ocazia crizei financiare, al carei gust amar inca il resimtim.

Concluzia  care se degaja este ca nu s-a invatat nimic din marea criza, vechile obiceiuri si metehne perpetueaza, dorinta salbatica de profit, obtinut pe orice cai, lacomia, goana dupa bani, indiferent de culoarea acestora, toate acestea demonstrand, daca mai era nevoie, ca traim in doua realitati sau doua universuri perfect paralele, al lor si al nostru.

Om fi, om vrea, noi poporul global, too big to fail, insa credeti ca ceilalti nu cunosc aceasta dimensiune si nu ne vor crea in continuare o realitate virtuala, fara sa realizam foarte bine granita ce ne desparte de cea reala, in care chiar sa se intample, sa cadem numai cat vor ei, pentru a nu ne pierde capacitatea de a genera mai departe resursele financiare de care au nevoie pentru universul lor, cu mult mai real si aplicat?

Ce credeti ca se intampla zilele acestea la Davos? Era o intrebare retorica si atat.

 

 

Comentarii

Appreciating the commitment you put into your blog. Great read!

On the subject of Males Balding Remedies http://propecia5mg.weebly.com/ Propecia 5mg Cure for Baldness (Minoxidil 5% Along with Aminexil Sp94 Retinol) Hair Drop Female and male http://propecia5mg.tumblr.com/ Propecia 5mg Celebrex http://celebrex200-mg.tumblr.com/ Celebrex

www.blanculescu.ro problemă

Cher Ami Ionel BLANCULESCU Va

Cher Ami Ionel BLANCULESCU

Va rog sa deveniti actionar sau subscriptor la NASUL

www.nasul.tv

Apoi va rog sa privim viitorul cu incredere, numai REFORMA accelerata si MODERNIZAREA ROMANIEI este cea mai productiva SOLUTIE si nu JOS, JOS !!!
Am lansat pe situl de mai sus mesajul,

MAMA MIA !!!
"SCHIMBAREA SEFILOR BUCURIA NEBUNILOR"
A table comme en amour, le changement donne du goût, DAR NU IN POLITICA !!!
si pentru a parfuma zicala in versiune franceza iese cam asa,
« Le changement de chef fait la joie des sots. »
Fac memorie la un ami de la profesion care in situatii grele amintea,
« Nous ne pouvons pas toujours changer le monde, mais nous pouvons changer d'idée. »
Si la care va rog sa acceptati ca Presedintele Romaniei a dat dovada de aceasta calitate.
Cei doi, ponta si antonescu confirma citatul,
« Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. »
Nu o lasa cu jos, jos !!!

Va mai amintesc, platind impozitele si taxele cumpar civilizatie.

Nu ati lasat mesajul cu fostul purtator de valiza a Domnului Adrian NASTASE,
VA ROG, SVP !!!

Merci,

Bien Cordialement,

Cher Ami, STITI A CUI ESTE

Cher Ami,

STITI A CUI ESTE PROPRIETATEA,
http://www.secretebinepazite.net/wp-content/gallery/vila-truica/vila-tru...

Ca analist si cunascator a lumii europeene un asemenea proprietar cum ar exista in UE sau Elvetia ?

Va ascult si incerc sa respect opinia DVS

Cordialement

SRA

Astept raspunsul DVS.
SVP,
Nu stergeti mesajul !!!

Hello !!! Avec une bonne

Hello !!!

Avec une bonne nouvelle,

L'indice Dow Jones a gagné 1,23% et le Nasdaq a bondi de 1,61%. Selon des chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a pris 156,52 points, à 12'861,93 points, un record depuis mai 2008, et le Nasdaq, à dominante technologique, a gagné 45,98 points, à 2905,66 points.

Il s'agit du plus haut niveau à la clôture de cet indice à dominante technologique depuis fin 2000 et l'éclatement de la bulle Internet.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est adjugé 1,46% (19,34 points) à 1344,88 points.

Les principaux indices de Wall Street ont démarré en nette hausse dès le début de la séance, réagissant à la publication avant l'ouverture de chiffres officiels du chômage très encourageants pour la vigueur de la reprise de la première économie mondiale.

«Ce sont des chiffres bien meilleurs que ce à quoi on s'attendait tous», s'est enthousiasmé Michael James, chef du courtage d'actions chez Wedbush Morgan Securities.

Une bonne surprise !!!

«C'est la confirmation que l'économie va bien et c'est (...) une bonne surprise (...), a commenté de son côté Evariste Lefeuvre, de Natixis. »

Ce n'est pas seulement une bonne nouvelle, c'est une nouvelle qui est étonnamment bonne«, a renchéri Hugh Johnson, de Hugh Johnson Advisors. »Non seulement, la création d'emplois s'est améliorée mais le taux de chômage a aussi baissé«.

Le taux de chômage est tombé à 8,3% pour le mois de janvier, son niveau le plus bas en trois ans, grâce à une accélération inattendue des embauches.

Une première en trois ans

Les Etats-Unis ont créé 243'000 postes de plus qu'ils n'en détruisaient en janvier, bien au-delà des 155'000 créations d'emplois prévues par les analystes.»

Ce dont l'économie a besoin, c'est d'une hausse constante de l'emploi, autour de 250'000 créations de postes par mois. Et c'est la première fois que nous voyons cela en trois ans«, a expliqué Michael James.

Le marché obligataire a terminé en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans était en hausse à 1,949% contre 1,825% jeudi soir, tout comme celui à 30 ans qui montait à 3,151% contre 3,011%.

Libor, suprême indice de

Libor, suprême indice de référence

La valeur des produits indexés au Libor atteindrait 350 000 milliards de dollarsLa valeur des produits indexés au Libor atteindrait 350 000 milliards de dollars

Ce n’est pas la première fois que le Libor est accusé de manquer de transparence, rappelait récemment Le Figaro. Mais dans l’enquête de la Comco, c’est le calcul du London Interbank Offered Rate (taux interbancaire offert à Londres) qui est directement remis en cause.

De quoi s’agit-il? Le Libor, de un à douze mois, est considéré comme le principal indicateur de la santé financière mondiale. Il désigne une série de taux de référence, calculés sur la base de la moyenne des taux auxquels se prêtent les banques entre elles à Londres, à une échéance et pour une devise donnée. Idem pour le Tibor, mais à Tokyo. Le Libor concerne une dizaine de devises, comme le dollar, le franc, la livre sterling, l’euro ou encore la couronne suédoise. Le Libor est calculé tous les jours à 11h00 par la British Bankers’Association en fonction des taux d’intérêt auxquels un panel de grandes banques déclarent se prêter les unes aux autres sur le marché londonien.

Prêts aux entreprises

Libor et Tibor servent aussi au calcul des taux d’intérêt pratiqués sur d’autres types de prêts, comme ceux accordés aux entreprises. Ils sont également utilisés pour de multiples autres contrats financiers. En Suisse, de nombreuses hypothèques immobilières (celles à taux variables) se fondent sur le Libor ou y sont adossées. Selon le Financial Times, la valeur des produits financiers indexés au Libor se monterait à 350 000 milliards de dollars.

Les hypothèques à taux variable séduisent à nouveau les Suisses

Les demandes pour les emprunts liés au Libor n’ont pas été aussi populaires depuis 2003. Les taux historiquement bas incitent les ménages à s’y intéresser de plus près

Legea sanatatii implementata

Legea sanatatii implementata in acceptat de Parlament si impelmentata in martie 2012 aduce pentru pana la sfarsitul anului 2012 100'000 noii locuri de munca in privat !!!

Imaginat, sediile celor noii 7 companii de asigurari si bine inteles de sanatate, concurenta, dinamizeaza imobiliarul in constructii de birouri si agentii in toata ROMANIA.

Transforma UMILINTA NATIUNII in DEMNITATE, si garanteaza siguranta cetateanului in vizitele in strainatate.
Se vor dezvolta noii meserii prin invatarea in sistem DUAL, 1 zi in scoala si 4 zile in firma, in casa de asigurare.
Procedurile de control al costurilor vor fi monitorizate de aceste asigurarii private, iar guvernul prin legea sanatati va monitoriza aceste case pentru ca beneficiul sa fie reinvestit in infrastructura din sectorul de servicii medicale ale prestatorilor inclusiv spitalele, furnizoii de medicamente, medicii de familie si specialisti.

DISPARE SPAGA si se va lasa posibilitatea ca fiecare prestator de servicii medicale sa-si factureze prestatia pe pacient si nu global pe inscrisi in registrul medicului de familie sau pe pat.

Va fi o REVOLUTIE care nu a fost gandita de 20 ani.

Cher Ami,

Aveti prezente presque zilnice pe sticla, demonstrati cu priceperea de care dati dovada ca aceasta lege sa treaca cat mai repede la implementare.

Cordialement

Cher Ami, Encore quelques

Cher Ami,

Encore quelques explications a le transmettre aux ROUMAINS

La solution ne se situe pas dans l’intégration mais dans la liberté

Euro: la solution ne se situe pas dans l’intégration mais dans la liberté. Par Patrick de Casanove

Les politiciens pleurent la souveraineté des nations, perdue disent-ils, au profit des marchés. En réalité ils pleurent leur pouvoir perdu et leur impunité disparue. Les marchés sont la vie. La vie se venge de leurs constructions artificielles et sanctionne leur mauvaise gestion. Faire croire que les marchés et les agences de notation enlèvent la souveraineté des pays est un mensonge. La souveraineté des pays se perd par facteur interne. La mauvaise gestion en est la cause. L’attitude des marchés et des agences de notation n’est que la conséquence de cette mauvaise gestion.

Les hommes de l’Etat ont entraîné drames et crises par une gestion catastrophique des affaires. La manière dont agissent les gouvernements met en lumière leurs limites et leur nocivité. Ils ne peuvent l’accepter. Ils ne souhaitent pas corriger cette situation par des mesures de bon sens. Pour améliorer le sort des gens il leur faudrait admettre que l’Etat est le problème. Or ce qui les intéresse c’est sauver l’Etat providence qui est leur outil de domination. Aux nations européennes en ruines, ils proposent une martingale: l’intégration supranationale. Grâce à cette solution, ils déclarent pouvoir les sauver et faire le bonheur des peuples. Les politiciens veulent faire croire que ce qu’ils ont été incapables de réaliser au niveau national, ils vont le faire au niveau européen. Les hommes de l’Etat sont les mêmes partout. Qu’ils soient à la tête d’un petit pays, d’un groupement de pays, ou d’une institution supranationale, ils agissent arbitrairement et dans leur intérêt. Il est malheureusement certain que les mêmes causes produisant les mêmes effets, la ruine sera européenne.

Les politiciens veulent surtout récupérer, grâce à l’intégration supranationale, ce pouvoir qui leur a échappé au niveau national. Ils appellent les pays à l’harmonisation politique, économique et fiscale. Ce n’est pas dans le sens d’un plus grand respect des libertés individuelles. C’est dans celui d’une extension de l’Etat.

Il leur faut séduire l’électeur. L’Europe fédérale est parée de toutes les vertus: puissance souveraine pour la régulation des marchés financiers, protection des producteurs contre la mondialisation, modèle social, solidarité entre les peuples. L’intégration serait la seule possibilité de croissance. L’Europe «en tant qu’entité» n’est pas endettée. Selon ces personnes, elle peut donc emprunter des sommes colossales pour des investissements massifs. Si l’on poursuit ce raisonnement, on pourrait aller loin! La Terre «en tant qu’entité» n’est pas endettée. Mars, «en tant qu’entité» n’est pas endetté non plus!

Les «dettes souveraines» sont un problème grave et dangereux. Elles ne sont pas apparues par hasard. Elles ont été délibérément creusées par les politiciens. Le bon sens voudrait que l’on ne s’endette plus et que l’on paie ce que l’on doit. Ce n’est pas ce que les hommes de l’Etat préconisent. Pour un politicien, si un pays est écrasé sous les dettes, il faut qu’une entité supérieure s’endette à son tour. Mais ce n’est pas l’Europe qui va payer ce sont les gens, parce que les individus sont les seules réalités concrètes. Si les citoyens d’un pays ne peuvent plus payer, ils ne le pourront pas davantage quand ils auront sur le dos une dette incommensurablement supérieure. Fût-elle portée par davantage de personnes. Ajouter une dette nouvelle n’a jamais allégé une dette ancienne.

La Grèce ne peut toujours pas faire face à ses engagements. L’endetter davantage ou lui permettre de s’endetter davantage n’est qu’une fuite en avant, mutualiser les dettes n’est pas autre chose.

Il est faux de dire que les investissements publics, qui plus est basés sur la dette, créent richesse et abondance. Ces investissements publics soustraient de l’économie réelle des sommes immenses, qui seraient bien mieux utilisées par les individus libres et responsables. Les montants sont détournés vers des projets choisis arbitrairement par les politiciens en fonction de leurs intérêts et clientèles. Ils sont dans «ce qu’on voit», dans des calculs mirobolants et fictifs. Comme par hasard «ce qu’on voit» se confond avec «ce qu’on souhaite» et démontre «ce qu’on veut». Ils oublient «ce qu’on ne voit pas», soient toutes les conséquences néfastes de prélèvements obligatoires prohibitifs, de réglementations excessives et du repli sur soi.

Pour promouvoir l’Europe fédérale, ils citent l’exemple du succès économique des Etats-Unis, en mettant en avant un vaste espace et un budget fédéral. L’Union soviétique était un plus grand espace encore, fédéral lui aussi. Mais elle s’est effondrée dans la misère. La Suisse n’est pas intégrée dans l’Union européenne et est un petit espace fédéral très prospère. Ni l’espace, ni le fédéralisme ne sont suffisants pour créer la prospérité.

Ce qui fait la richesse d’un espace, grand ou petit, c’est la liberté économique. Ce qui crée une aire immense de prospérité c’est le libre-échange. Avec le libre-échange un petit pays a la planète entière pour espace. Le monde entier lui apporte ses richesses et reçoit les siennes. La liberté économique ne peut être enfermée dans des frontières, fussent-elles vastes.

Pour les politiciens, l’abandon de souveraineté au profit d’une structure supranationale favorise la souveraineté nationale. Parce que le pays échappe aux décisions impersonnelles des marchés… pour se jeter dans l’arbitraire des politiciens élus. Si on les suit, un Etat est souverain quand son gouvernement peut faire ce qu’il veut, en dehors de tout contrôle et sanction, hormis la prochaine élection. Ils oublient le point essentiel, si la Suisse est souveraine et prospère c’est qu’elle a su faire confiance aux marchés, limiter la place de l’Etat, en borner précisément les fonctions et en bloquer les intrusions dans la vie privée.

La solution de bon sens existe donc. Elle s’appelle État limité, liberté économique, libre-échange.

Suite Les dépôts à la BCE,

Suite

Les dépôts à la BCE, qui atteignent presque chaque semaine un nouveau record, inquiètent. Pourtant, ce ne sont ni les banques espagnoles, ni leurs homologues italiennes qui y parquent leurs fonds. Par conséquent, les établissements sont probablement en train d’acheter de la dette de leur Etat.

N’oublions pas que la bouffée d’oxygène fournie limite les craintes d’un assèchement du crédit («credit crunch») qui aurait pu renforcer la récession qui s’annonce en Europe.

La solution trouvée par la BCE est subtile parce qu’elle pourra probablement s’épargner un rachat de grande ampleur de titres de dettes souveraines des pays en difficulté. Elle s’évitera le débat juridico-politique de savoir si elle a le droit ou non de le faire. Et de mettre en rage la Bundesbank et tous les orthodoxes de la politique monétaire. Elle évite l’aléa moral découlant d’un rachat de dette publique, car les pays pourraient ainsi ne pas être incités à redoubler d’efforts pour faire diminuer leur dette. Mais elle crée un autre aléa moral pour les banques. Elle entraîne en outre des distorsions de marché, destinées à durer puisque les prêts sont offerts à horizon de trois ans et à un taux fixe de 1% et qui ne remontera donc pas si les taux directeurs de l’institution sont relevés.

Pour le moment, Mario Draghi s’est gardé d’attribuer la détente des taux aux liquidités fournies en décembre. Les marchés reconnaissent les progrès réalisés par les pays, a-t-il souligné lors de la conférence de presse de début janvier. Mais il a refusé d’établir une corrélation directe entre le reflux des taux et l’approvisionnement massif par la BCE des banques de la zone euro en liquidités.

Car la manœuvre a des côtés discutables. De l’avis même d’un investisseur qui n’est pas considéré comme l’un des plus scrupuleux: «Arrosées de liquidités obtenues à des taux d’intérêt très bas, elles ont pu prêter à l’Espagne ou à l’Italie à des taux élevés, ce qui leur permet de gros profits sans prendre le moindre risque, la BCE étant derrière pour les soutenir», dénonçait George Soros la semaine dernière à Davos.

Pour la prochaine opération de refinancement à trois ans en février, les analystes tablent déjà sur un montant de 1000 milliards d’euros. Soit plus du double de l’opération de décembre. Cette somme, qui dépasse le deuxième plan d’assouplissement quantitatif de la Fed (600 milliards de dollars), servira-t-elle à abreuver des banques en réel manque de liquidité et à sauver l’économie des ravages d’une crise bancaire? Ou à fournir à ces établissements des fonds à replacer dans la dette des pays du sud de l’Europe pour se faire de l’argent facile? Il est trop tôt pour le dire.

Pour l’ancien de Goldman Sachs, la fin – faire baisser les taux des pays en difficulté – justifie-t-elle les moyens – enrichir les banques au passage?

Bien Cordialement

SRA
GENEVE

Salut Cher Ami, Mario Draghi,

Salut Cher Ami,

Mario Draghi, nouveau héros? Après avoir décrié la politique de la Banque centrale européenne (BCE), nombre d’analystes sont maintenant bluffés par ses derniers choix. Le successeur de Jean-Claude Trichet a baissé les taux d’intérêt. Mais, surtout, l’Italien fournit aux banques des liquidités illimitées à une échéance de trois ans et avec un taux de 1%. En outre, la BCE a également élargi la liste des garanties éligibles – les actifs que déposent les banques à l’institut d’émission en échange des prêts. La première opération a eu lieu en décembre et elle se reproduira fin février.

Les établissements européens ont galopé pour se refinancer à la fontaine BCE en décembre, qui leur a fourni presque 500 milliards d’euros de liquidité, un record. La mesure avait été applaudie, mais rares étaient ceux qui avaient véritablement anticipé sa portée. Maintenant, elle est vue comme un véritable coup de génie de «Super Mario».

L’opération a en effet été suivie d’une détente spectaculaire sur les taux italiens et espagnols surtout. Les deux pays en difficulté ont ensuite pu lever des fonds avec plus de facilité. Il y a une semaine, l’Italie récoltait 8 milliards d’euros d’obligations à six mois à un taux inférieur à 2%. En novembre dernier, le rendement d’une opération similaire atteignait 6,5%. Soulagés, les marchés ont enregistré leur meilleur mois de janvier depuis… 1987.

La BCE, qui s’est refusée à racheter en masse des obligations d’Etat, a ainsi lancé sa propre formule d’assouplissement quantitatif. Le gonflement de son bilan (voir graphique) l’illustre. Il a bondi de 40% au cours du deuxième semestre 2011 pour atteindre 2700 milliards. En réalité, l’Europe fait davantage que la Réserve fédérale, considérée comme avant-gardiste en matière de politique d’assouplissement quantitatif, si l’on tient compte du fait que le PIB est nettement moins important dans la zone euro qu’aux Etats-Unis.

Autre avantage, la mesure a permis une meilleure répartition de la liquidité dans la zone euro, comme le souligne une étude de la Banque Sarasin. Les statistiques par pays montrent que ce sont surtout les banques italiennes et espagnoles qui se sont ruées sur les prêts à trois ans. Et c’est justement dans ces pays que la liquidité manquait. Les emprunts des banques italiennes ont en effet doublé depuis fin octobre. Ils ont également augmenté pour les établissements espagnols.

Mi-a placut interventia de la

Mi-a placut interventia de la b1tv

Se confirma proverbul,
"Numai imbecilii nu schimba de opinie"

BRAVO !!!

frumos articol

Este un articol bun.

Vote !